Les joueurs de casino à travers les âges

Joueurs de casino : les premières années
Les César
, empereurs, Rome antique - Jules (100-44 avant J.C.) jouait à des jeux en public à l'occasion du festival Saturnalia, qui durait une semaine. C'est durant ce festival qu'il a déclaré son célèbre : « Alea iacta est  » (soit « les dés sont jetés »), après avoir franchi le fleuve Rubicon. Auguste (63 avant J.C. - 14 après J.C.) jouait à l'alea (une forme primitive du backgammon) et organisait des tirages au sort, lors desquels des cadeaux étaient offerts aux invités de banquets. Claudius (10 avant J.C. - 53 après J.C.) possédait une table spéciale, qui permettait de jouer aux dés lors de voyages effectués à bord de calèches secouées par les imperfections de la route. Il aimait tellement jouer aux dés qu'il demandait parfois à des hommes de jouer avec lui, oubliant qu'il les avait fait exécuter. Caligula (12-41 après J.C.) pariait sur des courses de chariots et sur des jeux de dés. Il a également transformé son palais impérial en maison de jeu, afin de récolter des fonds pour la trésorerie. Enfin, il a joué aux dés le jour de l'enterrement de sa sœur. Néron (37-68 après J.C.) aimait tous les types de sports et de jeux, ainsi que les paris qui en découlaient. Il a fait, à longueur d'année, la promotion des jeux dans le palais impérial et misé de fortes sommes d'argent aux jeux de dés.

Joueurs de casino : 15e - 18e siècle
Laurent de Médicis
, homme d'État, Italie (1449-1492) - Homme politique de la Renaissance, ayant vécu dans la république florentine et soutenu les arts et les artistes subventionnés. Il a adopté les jeux de cartes et en a inventé certains. Il a également souvent mentionné la bassetta et le frusso, deux jeux de casino, dans ses poèmes. Il était connu comme étant un joueur de carte talentueux.

Joueurs de casino : 18e - 19e siècle
William Penn
, fondateur de la Pennsylvanie, Angleterre - États-Unis (1644-1718) - Quaker ayant fondé la colonie d'Amérique du Nord, qui est ensuite devenue l'État américain de Pennsylvanie. Une charte de territoire aurait été accordée afin d'éponger les 16 000 £ de dettes contractés par son père, Sir William Penn.

Voltaire, écrivain, France (1694-1778) - Cet historien, qui exerça son activité durant la période des Lumières française, était un joueur invétéré. Après que le gouvernement français a créé une loterie, à laquelle seuls certains acheteurs de certaines obligations pouvaient participer, il a inventé une stratégie, dont le but était de tirer profit des règles d'inscription, en obtenant des obligations permettant le plus grand nombre de participations possible. En compagnie de ses investisseurs, il a remporté une grande partie de l'argent mis en jeu par la loterie durant cette période. Le gouvernement a tenté de ne pas lui verser les fonds qui lui étaient dus, mais il a obtenu gain de cause devant le tribunal. Il jouait souvent au Faro (un jeu de carte) et au Biribi (sorte de jeu de roulette avec des numéros tirés d'un sac).

Giacomo Casanova, mémorialiste - amant, Venise, Italie (1725 - 1798) - Cet aventurier jouait régulièrement et le Faro était son jeu préféré. Une fois, il a perdu 5 000 pièces d'or en deux jours à Venise. Casonova était un séducteur célèbre, qui n'hésitait pas à user de son charme pour séduire des femmes riches et leur demander d'éponger ses dettes de jeu. Il a écrit sur les jeux dans ses mémoires, notamment sur des séances qui se sont déroulées au Il Ridotto, une aile du San Moisè de Venise.

John Montagu, 4e comte de Sandwich, Angleterre, Royaume-Uni (1718-1792) - Joueur et parieur dévoué, qui a participé à de très longues séances de jeu au White's de Londres. Au White's, autour de 1765, il inventa (ou popularisa) ce qui est aujourd'hui devenu le sandwich. En effet, il plaçait une tranche de viande entre deux tranches de pain, afin de garder ses mains propres pour éviter de salir les cartes.

George Washington, général / président, États-Unis (1732-1799) - Washington tenait un journal très détaillé des victoires qu'il remportait et des défaites qu'il subissait aux cartes.

Joueurs de casino : 19e - 20e siècle
Thomas Jefferson
, président, États-Unis (1743-1826) - Il pariait régulièrement lors de la rédaction de la Déclaration d'indépendance. Il a connu la victoire et la défaite lors de différentes loteries, ainsi que lors de parties de backgammon, de pile ou face et de différents jeux de carte.

Jane Austen, écrivaine, Grande-Bretagne (1775-1817) - Écrivaine qui utilisait les jeux de carte pour révéler la personnalité et le caractère des personnages de ses romans. Des ouvrages comme Orgueil et préjugés et Raison et sentiments font référence à des tickets de loterie, au quadrille, au vingt-un, au whist et au piquet.

Napoléon Bonaparte, général / empereur (1769-1821) - Ce célèbre général accordait de l'importance aux jeux d'adresse. D'ailleurs, il se servait des stratégies utilisées dans ces jeux lors des batailles militaires. Il a soutenu les casinos en France et contribué à populariser le vingt-un. Lucien, son neveu, a réussi une carrière de joueur.

George « Beau » Brummell, chef de file de la mode, Grande-Bretagne (1778-1840) - Cet ami du roi Georges IV, également lanceur de mode respecté, pariait et perdait fréquemment de l'argent. Brummell était entouré de personnes riches et a accumulé de nombreuses dettes, qui l'ont obligé à s'exiler à Calais, où il a vécu le restant de sa vie dans la pauvreté.

Les romanciers russes - Alexandre Pouchkine (1799-1837) - Pouchkine ayant passé sa jeunesse à boire et à jouer, il avait accumulé suffisamment de dettes pour contracter une deuxième hypothèque sur les serfs de sa femme. Son livre La Dame de pique parle du jeu.

Fiodor Dostoïevski (1821-1881) A écrit Le Joueur afin d'éponger les dettes qu'il avait contractées au casino. Pour cet ouvrage, il s'est concentré sur les casinos de Baden-Baden qu'il aimait tant.

Joueurs de casino : 20e - 21e siècle
Léon Tolstoï
(1828-1910) - A rejoint l'armée russe pour éviter de payer les dettes de jeu qu'il avait contractées auprès d'un éditeur, après avoir joué au billard. Il a fini par concéder le manuscrit Les Cosaques afin d'éponger de ses dettes.

Ivan Tourgueniev (1818-1883) - Auteur de Fumée, un livre sur les casinos de Baden-Baden. Lors d'incidents sans rapport, Tourgueniev a été appelé à la rescousse pour sauver Tolstoï et Dostoïevski de leurs visites peu fructueuses au casino.

Wyatt Earp, policier-joueur, États-Unis (1848-1929) et John « Doc » Holliday, policier-joueur-dentiste, États-Unis (1851-1887) - ces deux joueurs itinérants se sont rencontrés au Texas. Ils sont devenus amis et policiers après qu'Earp a sauvé la vie d'Holliday. Ces deux hommes étaient réputés pour jouer au faro (de façon rentable et malhonnête). Des années après la célèbre Fusillade d'O.K. Corral, et le décès d'Holliday survenu en raison d'une tuberculose, Wyatt Earp a joué un rôle d'arbitre très controversé lors du combat du siècle, qui s'est déroulé en 1896 et a mis aux prises Bob Fitzsimmons et Tom Sharkey. Fitzsimmons, qui était considéré comme le grand favori et avait dominé le combat, a été disqualifié par Eart pour un coup en dessous de la ceinture. Cette disqualification était loin d'être d'évidente, à tel point que des rumeurs de conspiration visant à truquer le match ont ensuite vu le jour. Fitzsimmons a engagé une action en justice pour infirmer la décision de l'arbitre, à la suite de laquelle un juge californien a empêché de telles prises de décision en interdisant les combats concertés dans l'État.

SAR Edward VII, Prince de Galles, Royaume-Uni (1841-1910) - Roi du Royaume-Uni et des Dominions Britanniques et Empereur des Indes, qui appréciait les casinos. Le Prince de Galles se rendait souvent à Monte-Carlo, voyages durant lesquels il se faisait appeler le « Baron Renfrew ».

Winston Churchill, premier ministre, Royaume-Uni (1874-1965) - Homme politique britannique et leader de guerre légendaire, qui croyait en la prise de risques au casino, lors de jeux ou durant la guerre. Churchill participait souvent à des parties de poker, de bésigue, de mahjong et de pinochle. Il est également célèbre pour avoir perdu une forte somme d'argent à l'occasion d'une partie de poker disputée face à Harry Truman, alors président des États-Unis, et ses conseillers.

Alvin « Titanic Thompson » Thomas, joueur, États-Unis (1893-1974) - Joueur itinérant réputé pour ses paris sur le golf, les jeux de dés, les jeux de cartes, le billard, les fers à cheval et pour avoir effectué des paris de proposition. Thompson a énormément inspiré l'écrivain Damon Runyon, pour son personnage de Sky Masterson, un joueur débrouillard. Ce personnage a servi de base à la comédie musicale et au film Blanches Colombes et Vilains Messieurs.

John « Bet a Million » Gates, industriel, États-Unis (1855-1911) - Pionnier du fil barbelé qui misait gros lors de parties de poker et de baccarat. Surnommé « Bet A Million » (« Qui parie un million de dollars ») en raison d'un pari gagnant effectué sur une course de chevaux en Angleterre en 1900. Ce pari lui avait rapporté 600 000 $, alors qu'il avait misé 70 000 $, même si des rumeurs rapportent qu'il aurait en réalité gagné un million de dollars.

Nick « Le Grec » Dandolos, joueur, Crète - États-Unis (1883-1966) - Né dans une famille aisée et envoyé aux États-Unis avec de l'argent de poche, Dandolos aimait prendre des risques et miser sur des courses de chevaux. Il a gagné et perdu des fortunes en jouant aux cartes et aux dés, ainsi qu'en pariant sur les chevaux. Il est mort ruiné en 1966, le jour de Noël plus précisément. Sa légende s'est amplifiée après son décès. Il fait désormais partie des joueurs de casino les plus célèbres de tous les temps.

James Bond (Ian Fleming et Sean Connery), personnage de fiction, Grande-Bretagne (1953) - Agent secret britannique créé par l'écrivain britannique (et ancien agent secret) Ian Fleming, qui a fait l'objet de nombreux romans. Les adaptations des romans au cinéma, qui ont débuté en 1962 avec Dr. No, ont fait de James Bond l'une des franchises de films les plus rentables du monde. Dans plusieurs romans et films, Bond participe à des jeux de casino à hautes enchères. Casino Royale, le premier roman James  Bond, débute à une table de roulette. Dans Dr. No, le premier film James Bond, ce dernier joue au baccarat. Dans Les Diamants sont éternels, James Bond mise sur le 17 noir à la roulette. Il existe une histoire populaire - peut-être vraie, même si difficile à croire sur le plan chronologique - selon laquelle Sean Connery aurait perdu à deux reprises, après avoir misé sur le 17 noir en 1963, au Casino de la Valle en Italie. Il a misé une troisième fois sur le 17 noir, a gagné et a retenté sa chance. La bille a une nouvelle fois atterri sur le 17 noir. Après avoir retenté sa chance, la bille a atterri sur le 17 noir pour la troisième fois consécutive. Sean Connery a quitté le casino après avoir empoché environ 10 000 £ de gains. Toutefois, ce ne sont pas les cotes astronomiques, contre lesquelles la bille a quand même atterri sur le 17 noir à trois reprises, qui constituent l'élément peu probable de cette histoire. En effet, Connery a remporté cette victoire en 1963, soit trois ans avant que le personnage de James Bond ne rende le 17 noir célèbre dans Les Diamants sont éternels.

Poker présidentiel - Warren Harding (président, États-Unis, 1865-1923) Le président des États-Unis de l'époque jouait au poker deux fois par semaine avec des membres de son cabinet, lors de parties de haute volée. Il aurait même perdu la porcelaine de la Maison Blanche à l'issue d'une partie. Franklin D. Roosevelt (président, États-Unis, 1882-1945) était un joueur de Stud Poker adepte des enchères basses, qui organisait des parties lors de la dernière soirée de chaque séance du Congrès. Le vainqueur était déclaré suite à l'ajournement de ces séances. Harry S. Truman (président, États-Unis, 1884-1972) était un joueur de Stud Poker très estimé, qui organisait des parties de poker marathon avec la presse tout en réfléchissant à des attaques atomiques à mener sur le Japon et tout au long de la deuxième Guerre mondiale. Il a disputé une partie avec Winston Churchill, au moment du discours sur le « Rideau de Fer ». Dwight Eisenhower (président, États-Unis, 1890-1969) a appris le poker et le bridge à West Point. Il aurait utilisé les gains empochés au poker pour courtiser Mamie, sa future femme. Richard Nixon (président, États-Unis, 1913-1994) a appris à jouer au poker au sein de l'US Navy. Considéré comme un joueur talentueux, il s'est servi de ses gains pour financer sa première campagne électorale, dont l'objectif était d'obtenir un siège au sein de la Chambre des Représentants.

William Lee Bergstrom, immobilier, États-Unis (1951-1985) - Agent immobilier également connu comme étant « L'homme à la valise » ou le « Parieur fantôme », en raison de ses apparitions sporadiques et des mises gigantesques qu'il plaçait lors de parties de craps. Le 24 septembre 1980, il s'est rendu au Binion's de Las Vegas, où il a confirmé la politique de Benny Binion, qui autorisait les joueurs à établir leur propre limite au casino lors de leur premier pari. Il avait apporté deux valises : l'une contenant 777 000 $ et l'autre ne contenant rien. Lors d'une partie de craps, il misa les 777 000 $ à l'occasion de son premier pari. Il remporta la victoire et remplit sa deuxième valise avec l'aide de Ted Binion, avant de quitter la ville. Le 24 mars 1984, soit trois ans et demi plus tard, il retourna chez Binion's et misa 538 000 $ à la table de craps. Il rafla une nouvelle fois la mise et disparut de nouveau. Le 16 novembre 1984, il effectua une troisième apparition chez Binion's, avec une valise contenant un million de dollars en cash, des pièces d'or et des chèques de banque. Il misa le million mais ne rafla pas la mise cette fois. Le 2 février 1985, à l'occasion de sa quatrième apparition, il tenta de jouer au casino avec un faux chèque de banque, d'une valeur de 1,3 million $. La nuit suivante, il se suicida au Marina Hotel, situé sur le Strip de Las Vegas. D'après le mot qu'il adressa à ses amis, ses soucis étaient dûs à une rupture amoureuse.

Akio Kashiwagi, homme d'affaires, Japon (1938-1992) - Investisseur immobilier, qui jouait au baccara à enchères hautes dans des casinos américains. Il misait souvent 100 000 $ ou 200 000 $ par main. Plusieurs conflits l'ont opposé au casino de Donald Trump situé à Atlantic City et au casino Aladdin de Las Vegas. Les casinos n'ayant jamais cédé, Kashiwagi a perdu 10 000 000 $. Il a été assassiné à son domicile, situé à proximité du Mont Fuji, laissant derrière lui plusieurs millions de dettes de jeu. Son meurtrier n'a jamais été retrouvé. 

Archie Karas, joueur, Grèce-États-Unis (né en 1951) - Flambeur célèbre, qui a commencé comme requin du billard et joueur de poker. Karas s'est constitué une bankroll de 2M$ aux tables de poker qu'il a fini par perdre en 1992, à Los Angeles. Suite à cette déconvenue, Karas a transformé 50 $ en plus de 40 millions $ à Las Vegas, au début de l'année 1995, série exceptionnelle connue sous le nom de « The Run ». La même année, il perdra l'intégralité de cette somme en jouant au poker, au craps et au baccarat.

Elmer Sherwin, vétéran de l'armée américaine, Las Vegas, Nevada, États-Unis (1913-2007) - Retraité qui, en 1989, a remporté 4,6 millions $ à la machine à sous Megabucks, à l'occasion du premier jour d'ouverture de The Mirage, un casino de Las Vegas. En 2005, soit 16 ans plus tard, il remporta au Cannery Casino son deuxième jackpot Megabucks à l'âge de 92 ans. Cette fois, le montant qu'il a empoché s'élevait à 21,1 millions $.

Kerry Packer, homme d'affaires, Australie (1937-2005) – Ce magnat des médias était réputé pour avoir créé les World Series of Cricket. Il possédait également un pourcentage dans le Crown Casino de Melbourne. Packer était un gros joueur. Il a remporté 20 millions $ en 1997 au MGM Casino de Las Vegas. Il a également perdu 30 millions chez un bookmaker de Sydney. Pour certains, Packer était le « poids lourd du baccarat ».

Don Johnson, directeur d'entreprise-joueur de casino, États-Unis (1962-aujourd'hui) - PDG d'une entreprise de logiciels de courses de chevaux. En 2010-2011, il remporta 15 millions $ au blackjack dans trois casinos d'Atlantic City et du New Jersey.

Les pionniers du casino à travers les âges

Les pionniers du casino : les premières années
Alfonse X de Castille
, Roi de Castille et León, Espagne (1221-1284) – Auteur du premier guide consacré aux jeux de hasard. Intitulé le Livre des Jeux, un ouvrage comportant 98 pages. En grande partie dédié aux échecs et aux jeux de plateau, ce livre traite également des jeux de dès, comme le hasard, un ancêtre du craps.

Marco Polo, explorateur, Venise-Italie (1254-1324) - Marchant itinérant qui a fait découvrir les cultures asiatiques aux Européens. Marco Polo est reconnu (probablement à tort) comme ayant fait découvrir le jeu de carte, une invention chinoise, à Venise. Par la suite, le jeu de carte s'est répandu dans toute l'Europe.

Les pionniers du casino : 15e - 18e siècle
Galilée
, astronome et mathématicien, Florence-Italie (1564-1642) - Connu pour ses travaux réalisés durant la Renaissance, dont le premier article académique sur les probabilités des différentes combinaisons offertes par trois dés lancés. Il s'est lancé dans cette tâche sur demande de son mécène, Cosme II de Médicis, le grand-duc de Toscane.

Girolamo Cardano, mathématicien et inventeur, Italie (1501-1576) - Cardano a écrit de nombreux ouvrages sur de nombreux sujets. C'était également un joueur curieux. La découverte et la publication du Liber de Ludo Aleae (Le Livre du jeu de hasard) survenues en 1663, soit pratiquement un siècle après sa mort, ont contribué à la théorie de la probabilité et à la compréhension des cotes.

Blaise Pascal, mathématicien et scientifique, France (1623-1662) – Blaise Pascal a conçu la première machine à calculer. Aux alentours de la même période, ses tentatives visant à découvrir le mouvement perpétuel ont peut-être mené à la création du premier cylindre de roulette. Blaise Pascal a fait équipe avec Pierre de Fermat afin de développer la théorie de la probabilité en tant que branche des mathématiques et des sciences sociales. Ses correspondances avec Fermat ont débuté suite aux questions sur les jeux posées par Antoine Gombaud, le chevalier de Méré.

Les pionniers du casino : 18e - 19e siècle
Francis White
, exploitant de casino, Grande-Bretagne - Né sous le nom de Francesco Bianco en Italie, White a lancé en 1963 l'un des Gentleman's Clubs les plus anciens et les plus sélectifs de Londres. À la base, l'établissement s'appelait Mrs White's Chocolate House et ressemblait à un café. En 1755, White's a été délocalisé au 37-38 St. James Street, son emplacement actuel. Aux 18e et 19e siècles, un registre de paris était tenu. Ce registre était réputé pour garder la trace de paris de proposition plutôt inhabituels. Durant cette période, les locaux de l'établissement accueillaient également les parties de faro et de hasard disputées par les membres.

Edmund Hoyle, écrivain, Grande-Bretagne (1672-1769) – Hoyle était un spécialiste des jeux, qui a écrit A Short Treatise on the Game of Whist. Cet ouvrage a fait figure de référence pour de nombreux jeux de cartes pendant des centaines d'années. Ses livres suivants traitaient du backgammon, des échecs et d'autres jeux. Très respecté pour sa connaissance des jeux, il est à l'origine de l'expression « According to Hoyle ».

Richard « Beau » Nash, maître des Cérémonie à Bath, Grande-Bretagne (1674-1761) Pionnier de la profession d'hôte de casino. De 1704 à 1761, date de sa mort, Richard Nash a exercé la profession de maître des Cérémonies dans la ville thermale de Bath.

Les pionniers du casino : 19e - 20e siècle
Jacques Benazet
, exploitant de casino, France-Allemagne (1778-1848) - Il a exploité de nombreux clubs de jeu en France et en Allemagne, notamment à Baden-Baden en 1838. Sous sa direction, et sous celle de son fils Édouard et de son neveu, la popularité de Baden-Baden en tant que ville thermale et ville de casinos a grimpé en flèche. Aujourd'hui, Baden-Baden est une ville très prisée des joueurs.

Antoine Chabert, propriétaire et exploitant de casino - France-Allemagne (1774-1850) - Chabert était propriétaire du Palais Royale de Paris avant de prendre les rênes de la Maison de conversation de Baden-Baden, où il a multiplié le nombre de visiteurs par deux. Durant son existence, Chabert a également dirigé de nombreux casinos allemands.

François Blanc, exploitant de casino, Allemagne-Monaco (1806-1877) – En compagnie de Louis Blanc (1806-1854), son frère jumeau, François est devenu l'exploitant de casino le plus connu et le plus brillant du 19e siècle. En 1843, les frères Blanc ont ouvert la Kursaal à Bad Homburg. Ils ont également lancé la roulette à zéro unique. Enfin, François a ouvert le Casino de Monte-Carlo, situé à Monaco, en 1868. Le succès rencontré par François était tel, qu'il a été surnommé le « Magicien de Monte-Carlo ». Selon une légende, il aurait fait un pacte avec le Diable pour obtenir une telle réussite.

Les pionniers du casino : 20e - 21e siècle
Charles Fey
, inventeur, États-Unis (1862-1944) - En 1895, ce créateur de machine né en Allemagne s'est servi de ses connaissances en équipement électrique pour inventer les premières machines à sous à trois rouleaux. Sa machine Liberty Bell permettait de remporter un « jackpot » de 20 pièces si l'on alignait trois cloches.

Herbert Mills, inventeur, États-Unis (1872-1929) – Concepteur de machines à sous rival, qui a crée sa propre machine Liberty Bell en 1905. Cette dernière proposait des améliorations et des caractéristiques différentes. La Mills Novelty Company a ensuite produit la machine en masse.

Benny Binion, propriétaire et exploitant de Casino, États-Unis (1904-1989) – Benny Binion dirigeait des opérations de jeu au Texas avant de faire l'acquisition d'intérêts dans un casino situé dans le centre-ville de Las Vegas, à la fin des années 40. Il a renommé une propriété the Horseshoe et est devenu un exploitant de casino majeur. Binion a également mis en place ou popularisé des pratiques comme les boissons offertes et les autres « indemnisations » proposées aux joueurs. Il a également instauré des règles favorables et des mises limitées. En compagnie de ses fils Jack Binion (né en 1937) et Lonnie « Ted »  Binion (1943-1998), il a crée les World Series of Poker en 1970.

Howard Hughes, investisseur et propriétaire de casino, États-Unis (1905-1976) - Dans les années 60, cet aviateur, inventeur et réalisateur excentrique est devenu le plus gros propriétaire de casino et terrien de Las Vegas. Il a possédé les casinos Desert Inn, Castaways, Frontier, Landmark, Sands et Silver Slipper. Hugues est souvent mentionné pour avoir contribué au changement du mode de contrôle des casinos de Las Vegas, qui sont passés des mains de la pègre à celles des entreprises.

Benjamin « Bugsy » Siegel, truand, États-Unis (1906-1947) – Ce fameux contrebandier et joueur a conçu et supervisé la construction du premier casino majeur de Las Vegas, qui a ouvert ses portes en 1946.

William « Si » Redd, investisseur, États-Unis (1911-2003) – A quitté Bally, pour qui il travaillait comme distributeur de machines de jeu et de divertissement, en 1978. Il a ensuite acheté l'entreprise qui est devenue l'International Gaming Technology (IGT) et mis au point les premières machines de vidéo poker en 1979. L'IGT est devenue le leader mondial des machines et systèmes de jeu et de loterie. Sous les ordres de Redd, l'IGT a également lancé des machines à sous progressives (comme les Megabucks) et des machines à sous sous licence d'émissions comme La Roue de la Fortune ou de personnalités comme Elvis Presley.

Kirk Kerkorian, investisseur et propriétaire-exploitant de Casino, États-Unis (né en 1917) - Cet investisseur a acheté sa première propriété à Las Vegas en 1962, qu'il a ensuite louée aux constructeurs du Caesars Palace. Il a vendu les terres en 1968, en tirant un profit de 9 millions $. En 1969, il a acheté le studio de la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), avant d'ouvrir le MGM Grand Hotel and Casino des années plus tard à Las Vegas. En 1986 cependant, il a revendu ses biens pour la coquette somme de 594 millions $.

Inge Telnaes, ingénieur, États-Unis (1930-2012) - Né en Norvège, cet inventeur et concepteur de logiciels a créé un logiciel générateur de nombres aléatoires, qui permet aux machines à sous de fonctionner numériquement. Cette création a engendré une augmentation significative des gains potentiels maximums issus des machines à sous. Ces derniers étaient auparavant limités en raison du nombre de résultats permis par les rouleaux mécaniques. En 1984, Telnaes fait breveter un appareil de jeu électronique utilisant un générateur de nombres aléatoires, destiné à la sélection des positions d'arrêt des rouleaux. Cet appareil est ensuite acheté par l'International Game Technology.

Sheldon Adelson, investisseur et propriétaire-exploitant de casino, États-Unis (né en 1933) - Cet entrepreneur est rapidement devenu un jeune millionnaire grâce à l'immobilier et au succès de ses affaires. Il a acheté le Sands Hotel and Casino de Las Vegas en 1988 et construit le Sands Expo and Convention Centre (centre d'exposition et de conférences Sands) à côté. Adelson a fait démolir et reconstruire le Sands Hotel sous le nom de Venetian (puis de Palazzo). Il a également fait construire la station de vacances Venetian Macau et des casinos en Pennsylvanie et à Singapour.

Sol Kerzner, investisseur et propriétaire-exploitant de casino, Afrique du Sud (né en 1935) - Kerzner a acheté et construit de nombreux hôtels et stations de vacances dans le monde. Il a construit des propriétés Western Hemisphere, dont le Mohegan Sun situé dans le Connecticut, États-Unis et l'Atlantis Resort de Paradise Island, aux Bahamas.

Steve Wynn, investisseur et propriétaire / exploitant de Casino, États-Unis (né en 1942) - Constructeur et exploitant de casinos américain à l'origine de la cure de jouvence apportée au centre-ville de Las Vegas, incarnée notamment par la rénovation du Golden Nugget dans les années 1970. En 1989, Wynn a construit The Mirage, le premier casino à avoir fait son apparition sur le Strip de Las Vegas depuis deux décennies. En plus du Wynn Macau et d'autres casino américains, il a également construit le Bellagio, le Wynn et l'Encore.

Donald Trump, promoteur immobilier et exploitant-propriétaire de casino, États-Unis (né en 1946) - A pris le contrôle de l'entreprise immobilière et de construction familiale, puis est devenu le plus grand constructeur et propriétaire de casinos à Atlantic City dans les années 1980. Parmi ses propriétés, citons le Trump Plaza Hotel and Casino, le Trump Marina et le Trump Taj Mahal Casino.

Les casinos et les jeux dans la littérature

Le Livre des Jeux d'Alphonse X, roi de Castille et León (1283) – Le premier guide sur les jeux. Comprend des descriptions de jeux de dés, dont le hasard, un ancêtre du craps.

Rinconète et Cortadillo de Miguel de Cervantes (1613) - Nouvelle comprenant une des premières descriptions du trente-un (31), un ancêtre du blackjack.

The Compleat Gamester de Charles Cotton (1674) - Guide des jeux de cartes et de dés ayant fait école.

La Dame de Pique d'Alexandre Pouchkine (1834) - Nouvelle parlant d'Hermann, ingénieur et officier allemand avec l'armée impériale russe, qui devient fou en essayant d'apprendre le secret des jeux auprès d'une comtesse âgée. Cet ouvrage servira de base à l'opéra du même nom composé par Tchaïkovsky en 1890.

Le Joueur de Fiodor Dostoïevski (1866) - Dostoïevski, romancier légendaire russe, a dû achever la rédaction de cette histoire à la hâte, afin de régler les dettes qu'il avait contractées en jouant. L'histoire évoque l'endettement et comporte de nombreuses scènes de jeu se déroulant à des tables de roulette. Le but de ces parties est multiple : passer le temps, résoudre des problèmes ou débarrasser les personnages de leur dettes.

Daniel Deronda de George Eliot (1876) – Au début de l'histoire de Daniel Deronda et de Gwendolen Harleth, Ms. Harleth perd tout son argent à une table de roulette. Afin de pouvoir continuer à jouer, elle met un collier en gage. Derondra le rachète et le lui rend.

Casino Royale de Ian Fleming (1953) – Le premier roman de James Bond commence par une partie de roulette avec le héros. La table de roulette est un décor fréquent dans les romans de Bond, et les passionnés du jeu ont même développé un « système James Bond » basé sur les stratégies du super-espion imaginaire.

Beat the Dealer de Dr. Edward O. Thorp (1962) – Bestseller sur la stratégie de base du blackjack et du comptage de cartes, ainsi que sur les expériences menées par le Dr. Thorpe dans des casinos, afin de tester ses théories. Le livre bénéficie également du soutien de joueurs de casino lui ayant donné des conseils et financé ses recherches.

Las Vegas Parano de Hunter Thompson (1972) - Basé sur les voyages de l'auteur à Las Vegas et publié dans Rolling Stone en 1971, sous la forme de deux longs articles. Considéré comme un monument du « journalisme gonzo », un genre mélangeant fiction, journalisme et courant de conscience.

The Big Player de Ken Uston (1977) – Le premier livre qui a révélé au public le monde secret des compteurs de carte et des équipes de blackjack. L'ouvrage associe les stratégies et les analyses d'Uston à des expériences de casino.

C'est idiot de mourir de Mario Puzo (1978) – Suite de la nouvelle écrite par l'auteur du Parrain. L'histoire se déroule à Las Vegas, au sein de l'Hôtel Xanadu inventé pour l'occasion.

The Eudaemonic Pie de Thomas Bass (1985) – L'histoire vraie d'un groupe d'étudiants diplômés ayant conçu des ordinateurs dotés d'un système d'activation par le pied, permettant de prédire les résultats des jeux de roulette de casino.

Man with the $ 100,000 Breasts and Other Gambling Stories et Telling Lies and Getting Paid de Michael Konik (1999, 2001) – Deux recueils d'histoires sur les jeux de hasard, les joueurs, les jeux et le casino, écrites par Michael Konik.

Bringing Down the House de Ben Mezrich (2002) – Bestseller basé sur l'expérience de l'équipe de blackjack du MIT. Généralement considéré comme une œuvre non romanesque, cet ouvrage comprend des noms changés, des dialogues inventés, des personnages composites et des descriptions d'événements modifiés à des fins de narration. Bringing Down the House a servi de base au film 21.

Roll the Bones de David Schwartz (2006) - Histoire des jeux du monde entier complète et animée.

Guys and Dolls and Other Writings de Damon Runyon (2008) - Recueil de nouvelles et de reportages non romanesques écrits par Damon Runyon dans les années 1920 et 1930. Ce recueil comprend les nouvelles qui ont inspiré le film et la comédie musicale Blanches colombes et vilains messieurs et les reportages sur Al Capone et Arnold Rothstein.

Les casinos et les jeux au cinéma

Casablanca (1942) – La majeure partie du film se déroule au Rick's Café Américain, qui possède un cylindre de roulette trafiqué afin d'avantager le propriétaire (Rick, incarné par Humphrey Bogart). Rick dit à un jeune marié, qui tente de récolter de l'argent pour obtenir un visa pour les États-Unis et ainsi fuir la guerre, de parier à la roulette sur le numéro 22. Le jeune marié suit ses conseils et gagne.

Blanches colombes et vilains messieurs (1955) – Dans ce film basé sur la comédie musicale de Broadway, elle-même basée sur plusieurs histoires écrites par Damon Runyon, Marlon Brando, incarne le joueur Sky Masterson. Frank Sinatra dans le rôle de Nathan Detroit, a interprété Luck Be a Lady.

La Main au collet (1955) – Ce film réalisé par Alfred Hitchcock réunit Cary Grant et Grace Kelly, et se déroule dans des villas, casinos et hôtels de la Côte d'Azur. Grant incarne John Robie, un ancien voleur de bijoux embauché pour suivre Frances Stevens (Grace Kelly), soupçonnée d'être une voleuse de bijoux. Lors d'une scène se déroulant au casino, Robie fait tomber un jeton de grande valeur dans le décolleté d'une joueuse de roulette.

Viva Las Vegas (1956) - Un cowboy joueur découvre que le fait de tenir la main d'une danseuse prénommée Marie lui porte chance lors des parties de roulette qu'il dispute. Au départ cependant, Marie ne souhaite pas lui donner la main.

L'Inconnu de Las Vegas (1960) - Dans cette version originale, Frank Sinatra incarne Danny Ocean, qui prépare le casse de cinq casinos de Las Vegas en une seule nuit. Le noyau dur du « Rat Pack » d'Hollywood participe au film. Sammy Davis Jr., Dean Martin, Peter Lawford, Angie Dickinson et Joey Bishop. Peter Lawford a acheté les droits de l'histoire originaux. Lorsqu'il a présenté l'intrigue à Frank Sinatra, ce dernier s'est exclamé, sur le ton de la plaisanterie : « Oublie le film, faisons le casse à la place ! » Lors du tournage effectué à Las Vegas, Sinatra a donné des concerts à la Copa Room du Sands Hotel & Casino, en compagnie de Dean Martin, Sammy Davis Jr et Peter Lawford.

Branle-bas au casino (1961) - Trois hommes à bord d'un sous-marin naval utilisent l'ordinateur de leur vaisseau pour calculer la trajectoire de la bille de roulette du casino de Venise. Les choses se compliquent lorsque leur amiral arrive au casino.

Les Diamants sont éternels (1971) – Film James Bond, basé sur un roman de Ian Fleming, avec Sean Connery dans le rôle de James Bond. Une partie de l'histoire de déroule à Las Vegas, au sein du Whyte House créé pour l'occasion et propriété de Willard Whyte, un milliardaire solitaire. Dans cette histoire, James Bond joue au craps Une scène se déroule à l'étage du casino, au Circus Circus plus exactement.

L'Arnaque (1973) – L'un des films traitant des jeux de hasard et d'adresse, ainsi que des escroqueries, les plus connus. Le film rassemble Paul Newman et Robert Redford, qui incarnent deux joueurs malhonnêtes essayant de soutirer de l'argent à des joueurs encore plus malhonnêtes qu'eux. La scène dans laquelle le personnage joué par Robert Redford perd l'argent qu'il a auparavant volé à une roulette truquée constitue l'un des moments forts du film.

Lost in America (1985) – Dans cette comédie, Albert Brooks et Julie Hagerty incarnent un couple marié prêt à quitter sa vie trépidante. Quelques jours seulement après avoir entamé sa nouvelle vie, le couple, qui traverse les États-Unis à bord d'un camping-car, fait escale à Las Vegas. La femme jouée par Julie Hagerty perd alors tout l'argent du couple à la roulette. Elle mise sur le 22 et perd, contrairement aux deux époux du film Casablanca.

Banco (1986) – Film d'action / aventure dans lequel Burt Reynolds incarne un garde du corps à Las Vegas. Dans le film, Burt Reynols gagne et perd gros au blackjack. Film basé sur le roman et le scénario de William Goldman, un célèbre scénariste.

Rain Man (1988) – Ce film acclamé par la critique réunit Dustin Hoffman et Tom Cruise et a remporté quatre Oscars en 1989 : meilleur film, meilleur réalisateur (Barry Levinson), meilleur acteur (Dustin Hoffman) et meilleur scénario original. L'intrigue du film est la suivante : deux frères, un autiste placé en établissement joué par Dustin Hoffman et un homme égoïste et agressif qui ignorait l'existence de son frère, incarné par Cruise, parcourent les États-Unis. Ils font étape à Las Vegas, au Caesars Palace, où Raymond (le personnage joué par Hoffman) use de ses compétences mathématiques et mnémotechniques pour gagner au blackjack.

Deux dollars sur un tocard (1989) – Le film, qui se déroule sur un champ de course, fait partie des œuvres sur les habitudes, les superstitions et les personnages du monde des jeux de hasard les plus drôles. Richard Dreyfuss, David Johanson, Teri Garr, Robbie Coltrane et Jennifer Tilly jouent dans le film.

Bugsy (1991) - Warren Beatty incarne Ben « Bugsy » Siegel, un gangster new-yorkais qui s'est rendu à Los Angeles pour faire l'acquisition de salons de paris pour le compte de ses patrons Meyer Lansky et Charlie Luciano. Un voyage à Las Vegas sert de base à la création du Flamingo, le premier hôtel d'envergure de la ville. Siegel se fait assassiner en raison de fonds manquants et de l'existence de dettes non payées. Annette Bening incarne Virginia Hill, la dulcinée de Siegel.

Proposition Indécente (1993) - Robert Redford joue un milliardaire qui s'entiche d'une femme mariée (jouée par Demi Moore) à Las Vegas. Redford offre un 1 million $ pour passer la nuit avec elle, une offre qu'elle accepte pour financer le projet immobilier de son mari. Une relation se développe et se brise avant qu'elle ne retourne avec son mari (joué par Woody Harrelson).

Casino (1995) - Ce film réalisé par Martin Scorsese se concentre sur Ace Rothstein et Nicky Santoro, deux gangsters qui déménagent à Las Vegas pour affirmer leur contrôle sur plusieurs casinos. L'histoire se déroule dans les années 1970 et 80 et offre un aperçu des vies menées par des hommes tels qu'Anthony Spilotro, avec leur lot d'histoires d'amour, de drogues et d'épisodes impitoyables, typiques du monde de la pègre. Robert De Niro, Joe Pesci et Sharon Stone sont les têtes d'affiche d'un casting prestigieux.

Croupier (1998) - Clive Owen joue le rôle d'un écrivain devenu croupier dans un film connoté série noire. Le monde du casino lui donne un nouvel élan et finit par envahir sa vie, ainsi que sa relation amoureuse.

Cours, Lola, cours (1998) - Ce thriller allemand parle de Lola (jouée par Franka Potente), une jeune femme qui reçoit un appel téléphonique de son petit ami, qui a besoin de 100 000 DM pour rester en vie. Lola dispose de 20 minutes pour récolter ou trouver l'argent, et de trois manières de l'obtenir, dont une à la roulette. Chacune de ses tentatives pour obtenir l'argent s'achève de manière différente.

Mister Cash (2003) - Philip Seymour Hoffman joue dans ce film acclamé par la critique, basé sur l'histoire vraie d'un employé de banque de Toronto, qui a détourné plus de 10M$ en 18 mois pour jouer à des jeux de casino à hautes enchères.

Ocean's Eleven (2001), Ocean's Twelve (2004), Ocean's Thirteen (2007) - Série de films basés sur Ocean's 11, un film de 1960, qui débutent par les braquages simultanés de plusieurs casinos de Las Vegas. Le film réunit George Clooney, Brad Pitt, Matt Damon, Don Cheadle, Andy Garcia et Julia Roberts.

21 (2008) – Film basé sur l'ouvrage Bringing Down the House écrit par Ben Mezrich. Il s'agit d'une version romancée de l'expérience vécue par l'équipe de blackjack du MIT.

Very Bad Trip (2009) – Comédie sur un week-end d'enterrement de vie de garçon qui tourne mal à Las Vegas. Le film comporte une scène dans laquelle Alan (joué par Zach Galifianakis), excelle au blackjack, compte les cartes et gagne gros, contrairement à son comportement étrange habituel. 

Toy Story 3 (2010) – Le célèbre film de Disney Pixar contient une scène dans laquelle les jouets animés créent un casino. Une roue portative illustrée pour enfants, dotée d'une tirette permettant de sélectionner une voix est utilisée en tant que roulette. Les piles représentent quant à elles les mises.

Les casinos et les jeux dans la musique

Ace of Spades - Motörhead (1980) - jeux de cartes et de dés

Blackjack - Ray Charles (1955) - blackjack

Casino Boogie - Rolling Stones (1972) - casino, Monte-Carlo

Do It Again - Steely Dan (1972) - jeux de cartes, Las Vegas

Draw of the Cards - Kim Carnes (1981) - jeux de cartes

Gambler, The - Kenny Rogers (1978) - poker

Go Down Gamblin' - Blood, Sweat & Tears (1971) - blackjack, craps, roulette, casino

The House of the Rising Sun - The Animals (1964) - jeux

Junior's Farm - Paul McCartney (1974) - poker

Leavin' Las Vegas - Sheryl Crow (1993) - Las Vegas

Lily, Rosemary and the Jack of Hearts - Bob Dylan (1975) - casino, poker

Little Queen of Spades - Robert Johnson (1938) - jeux de cartes, chance

Lonesome Loser - Little River Band (1979) - jeux de cartes

Luck Be a Lady - Frank Sinatra (1965) - casino, jeux de dés

The Man Who Broke the Bank at Monte Carlo - Fred Gilbert (1892) - Monte-Carlo, casino

Poker Face - Lady Gaga – (2008) - poker

Pretty Vegas - INXS – (2005) - Las Vegas

Queen of Las Vegas - B-52s (1983) - roulette, jeux de cartes, Las Vegas

Ramblin; Gamblin' Willie - Bob Dylan (1962) - jeux de cartes, jeux de dés, poker

Ramblin' Gamblin' Man - Bob Seger (1969) - jeux de dés, roulette, jeux

Riverboat Gambler - Carly Simon (1976) - casino, jeux

Roll of the Dice - Bruce Springsteen (1992) - craps, jeux de dés

Roll the Bones - Rush (1991) - jeux de dés

Roulette - Bon Jovi (1984) - roulette

Shape of My Heart - Sting (1993) - jeux de cartes

Smoke on the Water - Deep Purple (1971) - casino

Tumbling Dice - Rolling Stones (1972) –jeux de dés

Viva Las Vegas - Elvis Presley (1964) - Las Vegas, casino, blackjack, roulette, poker, machine à sous, craps

Waking Up in Vegas - Katy Perry (2008) – Las Vegas

We're An American Band - Grand Funk Railroad (1973) – poker

The Winner Takes It All - ABBA (1980) - jeux de cartes, jeux de dés

Paris de proposition

En général, les paris de proposition sont des paris secondaires, effectués sur des sujets liés aux jeux de casino ou aux autres jeux à enchères. Les paris sportifs du casino proposent de nombreux paris de proposition sur les aspects secondaires des grands événements sportifs. (Exemples : probabilité d'un safety lors du Super Bowl ou qu'un combat de championnat soit arrêté par le médecin de ring). Les jeux de casino proposent parfois des paris de proposition, portant sur la probabilité que certaines combinaisons de cartes et de dés apparaissent.

Les mises personnelles entre les parieurs (généralement consacrées aux adeptes des jeux de casino ou aux joueurs professionnels) constituent un type de « paris proposition » bien connu. Même si ces paris peuvent sembler ridicules (certains le sont d'ailleurs), les paris de proposition peuvent s'avérer utiles pour tester les capacités physiques, la connaissance, le sens du jeu, l'esprit de compétition et des capacités handicapantes des joueurs. Bien que ces paris de proposition ne fassent pas partie des jeux de casino (et que la documentation à leur sujet se développe via le bouche-à-oreille), ils représentent une caractéristique fascinante de la culture des jeux de casino et de la communauté des joueurs.

Avertissement avant d'accepter un pari de proposition

Lorsque quelqu'un relève un défi étrange, il a généralement de bonnes chances de réussir. Dans The Idyll of Miss Sarah Brown, la célèbre nouvelle écrite par Damon Runyon (qui a servi de base à la comédie musicale et au film Blanches colombes et vilains messieurs), le père de Sky Masterson donne à ce dernier le conseil d'adieu suivant : « Fiston, peu importe le nombre de voyages que tu effectueras ou l'intelligence que tu acquerras, tu dois toujours te rappeler d'une chose : Un jour, quelque part, un homme viendra te voir et te montrera un jeu de cartes flambant neuf, dont le sceau n'aura jamais été cassé. Cet homme te pariera que le valet de pique sortira de son paquet pour t'asperger l'oreille de cidre. Fiston, ne paries jamais, car si tu acceptes, tu auras du cidre plein l'oreille ».

Registre de paris de White's

Aux 18e et 19e siècle, White's était le club privé le plus important de Londres et accueillait des membres qui pouvaient prétendument parier sur tout. D'après les histoires sur les membres, les paris effectués pouvaient prendre les formes suivantes : quelle goute arrivera la première en bas de la vitre ou dans quel état se trouve la personne qui vient de s'écrouler devant le club ? Est-elle vivante ou morte ?. White's a tenu un registre de paris dans lequel les membres enregistraient des paris de proposition. La plupart des mises étaient placées sur les dates de naissance, de décès et de mariage. D'après Claire Cock-Starkey dans The Georgian Art of Gambling (British Musem, 2013), le pari entre Lord Montfort et Sir Jno était le dernier pari inscrit dans le registre. Les paris portaient également sur Beau Nash (maitre de cérémonie à Bath) et l'acteur Colley Gibber. Qui des deux allait vivre le plus vieux ? Dans le registre de White's, il était écrit que Lord M et Sir Jno. Bland avaient mis fin à leurs jours avant que le pari ne soit décidé.

L'insubmersible « Titanic » Thompson

Au début du 20e siècle, Alvin Clarence « Titanic Thompson » Thomas faisait partie des premiers « joueurs itinérants » des États-Unis. Il représentait une inspiration réelle pour le personnage de Sky Masterson créé par Damon Runyon. En matière de paris de proposition, « Titanic Thompson » était un véritable maître, car il trouvait toujours un moyen de prendre l'avantage. Lors d'un trajet en voiture ordinaire, effectué en compagnie d'autres joueurs à destination de Joplin, Missouri, son attention a été attirée par des ouvriers érigeant un panneau « Joplin : 32 kilomètres ». Thompson a ensuite embauché une homme pour déterrer le panneau et le déplacer 8 km plus près de Joplin. Thompson s'est plaint si bruyamment de l'inexactitude du panneau, que ses compagnons incrédules ont parié contre lui et perdu. Il a parié qu'il pouvait lancer une noix au-dessus du toit d'un hôtel et gagné. (Il s'agissait en fait d'une coquille de noix alourdie)

L'homme à la poitrine à 100 000 $

Dans The Man With the $100,000 Breasts and Other Gambling Stories (1999), Michael Konik dévoile l'histoire désormais célèbre d'un joueur professionnel, appelé Brian Zembic, qui a parié 100 000 $ en 1996 qu'il se ferait greffer des seins, et qu'il conserverait ses implants pendant un an. Zembic a remporté son pari. Il a conservé sa greffe après avoir remporté son pari et, d'après une interview réalisée en 2013, il la porte toujours à l'heure actuelle.

Paris d'exil

Parmi les autres paris de proposition ayant débuté sous la forme de défis, citons les « paris d'exil ». Lors de ces derniers, une personne accepte de se rendre ou de vivre dans un autre endroit pendant une période spécifique. Pour les parieurs professionnels, ces paris sont généralement plus difficiles que les autres, et ce, pour plusieurs raisons : (a) l'indépendance et la liberté représentent deux des raisons principales ayant poussé ces joueurs à devenir professionnels ; (b) les joueurs professionnels passent un temps considérable dans les casinos ou d'autres endroits où l'action, ainsi que les stimulations visuelles et auditives, sont très présentes ; (c) les revenus d'un joueur de casino à succès exilé diminuent lorsque ce dernier accepte de passer du temps loin des casinos.

Dans les années 1990, un joueur a poussé John « Johnny World » Hennigan à démontrer qu'il pouvait passer un mois à Des Moines, Iowa, une ville se situant à l'opposée de Las Vegas, Philadelphie ou d'Atlantic City, trois villes qu'Hennigan connaissait bien. Le pari s'élevait à 25 000 $. Hennigan devait rester à Des Moines, dans une zone bien délimitée, où se situait l'hôtel où il logeait, un parcours de golf sur lequel il avait prévu de s'entraîner et un bar qui devait devenir son fief. Il n'a même pas tenu deux jours. Il détestait l'hôtel, le parcours de golf et le bar. Il ne disposait également d'aucune liberté pour trouver (à Des Moines ou ailleurs) de meilleures conditions. Il a téléphoné au joueur avec qui il avait parié, afin de lui proposer d'accepter un montant moindre, car il semblait capable de rester jusqu'au bout et de gagner son pari puisqu'il s'était rendu à Des Moines. En fin de compte, il a dû payer un montant négocié pour quitter Des Moines plus tôt.

En 2008, les joueurs de poker Andrew Robl et Alec Torelli ont effectué un pari avec Jay Kwik (surnommé « Bellagio Jay », en raison du temps qu'il passait au Bellagio). Robl et Torelli ont effet parié que Kwik n'était pas capable de vivre 30 jours dans une salle de bain du Bellagio, un casino de Las Vegas, Nevada, États-Unis. Parmi les restrictions qui lui ont été imposées, citons un usage limité de son téléphone portable et l'interdiction d'utiliser un ordinateur. Il avait néanmoins le droit de regarder des films sur un petit lecteur DVD et de se faire livrer des repas. Robl et Torelli avaient également installé une webcam, afin de surveiller la porte de la salle de bain. Quiconque déclarait une infraction aux règles en ligne recevait 500 $. Au bout de 20 jours, il ont payé un montant réduit à Kwik (apparemment 40 000 $), afin qu'il quitte la salle de bain et mette fin au pari.

Lodden Thinks (Lodden pense)

Deux parieurs nomment une troisième personne comme étant « Lodden ». Ils posent ensuite des questions nécessitant une réponse numérique à Lodden. (exemple : le nombre d'habitants en Australie, le nombre de cravates portées par Barrack Obama, le nombre de livres présents dans la bibliothèque de « Lodden »). « Lodden » donne ses réponses de manière confidentielle (à une quatrième personne ou dans un bulletin). Les parieurs donnent ensuite une réponse supérieure ou inférieure au chiffre donné par Lodden. Ce jeu nécessite un analyse complexe : les faits, la réponse objective (s'il en existe une), une évaluation de ce que « Lodden » pense être la réponse, ce que le parieur adverse estime être la réponse factuelle ou la réponse donnée par Lodden, et le prix auquel le pari est établi. Le nom du jeu a été trouvé de la manière suivante : un groupe de joueurs a inventé le jeu à une table de poker, avant de décider que Johnny Lodden, l'un des membres du Team PokerStars Pro, allait devenir la personne qui allait répondre aux questions posées, sur lesquelles ils allaient miser. Le jeu a fini par intégrer plusieurs participants : les deux parieurs, des parieurs supplémentaires qui rejoignent une partie, la personne nommée « Lodden » et d'autres joueurs contribuant aux questions.

PokerStars Casino App

PokerStars Casino App

Jouez aux jeux de PokerStars Casino où que vous soyez grâce à l'appli, disponible au téléchargement sur iOS et Android.

Bonus Casino Instantané

FAQ des jeux de casino

Consultez la page Bonus Casino Instantané pour découvrir le fonctionnement de votre Bonus Instantané et comment il doit être utilisé.

Bonus casino instantané - FAQ

Bonus casino instantané - FAQ

Toutes les informations relatives au Bonus Instantané du Casino sont à consulter dans notre gigantesque FAQ.

Service Clientèle

Support

L'équipe d'assistance PokerStars est là pour vous aider 24-7, et peut répondre à toutes vos questions ne figurant pas dans les FAQ.

Jouer en argent réel

Chip Stack

Faites votre premier dépôt en argent réel et commencez à jouer sur PokerStars. Les dépôts sont rapides et sécurisés.