Culture du casino

Un peu partout dans le monde, le mot « casino » est instantanément identifiable. En Italie, d'où le terme tire son origine : casinó. En Allemagne, Suède, Finlande : kasino. En Pologne : kasyno. Au Portugal : casino. En Roumanie : cazinou. Partout, il est connu comme le lieu où les gens se rassemblent pour jouer à des jeux de paris.

De ses origines italiennes et latines, « casino » signifie littéralement « petite maison », avec la racine « casa » (maison) et le suffixe « -ino » (diminutif, petite).

La première maison de jeu à avoir été reconnue par le gouvernement fut Il Ridotto, à Venise, en 1638. Néanmoins, la première utilisation du terme italien « casino » n'apparait qu'en 1744. En Italie, le terme « casino » désignait avant tout une villa ou une maison d'été. Il est ensuite devenu le mot se référant à un lieu de rassemblement pour des activités de loisir, y compris les jeux de hasard. En 1820, un livre écrit en anglais au sujet de l'Italie a confirmé que le mot « casino » avait plusieurs significations, dont notamment « un ensemble de dépendances d'une ferme, le siège du comté, une maison de jeu, et un jeu de cartes ».

Expressions de casino populaires

Que vous entriez dans un gigantesque casino de Las Vegas ou de Macao ou jouiez depuis chez vous dans le Casino PokerStars, le langage utilisé dans les casinos est unique et s'est étoffé au fil des siècles. Au final, ce langage particulier s'est répandu dans notre vie de tous les jours. En effet, les expressions que nous utilisons pour gagner, perdre, la chance, et même la santé et la mort témoignent de l'importance des jeux de casino dans notre vie.

Les cartes dans notre quotidien – Vous pouvez trouver le chemin de la réussite si vous jouez vos meilleurs atouts. Quand il est question d'honnêteté, vous posez cartes sur table. Vous vous sentez abattu ? Il se peut que les cartes aient été contre vous. Ce n'était pas votre faute, car les jeux étaient faits d'avance. En anglais, les gens imprévisibles sont des wild cards, (littéralement jokers). Les fous sont des gens à qui il manque une case.

Les paris dans notre quotidien – Une personne entreprenante mise sur l'avenir. Une personne prudente sait cacher son jeu. Pour attirer l'attention, vous pouvez vous habiller comme l'as de pique.

La chance dans notre quotidien – Tout se passe bien dans votre vie ? Alors vous savez tirer votre épingle du jeu. Dans les situations les plus favorables, vous avez décroché le jackpot. Vous avez peut-être même fait sauter la banque. Il est rare que les gens se vantent d'avoir la chance de leur côté. Il est plus courant d'entendre les gens dire qu'ils sont restés sur la touche, qu'ils ont dû passer la main et que tout ce que l'on peut faire c'est s'en remettre au hasard. Un refus ou un échec ? C'est que les dés sont pipés. Le langage du casino nous réconforte dans les pires situations, comme quand les jeux sont faits, ou que les paris sont ouverts, ce qui vous sera utile pour parier votre dernier dollar et jouer le tout pour le tout.

La résurrection de jeux oubliés – Beaucoup d'expressions populaires viennent de jeux oubliés depuis bien longtemps. Le pharaon était le jeu de casino le plus populaire des États-Unis de la fin du 19e siècle. Vous pouviez entrer dans un saloon et trouver Wyatt Earp ou Doc Holliday jouer au pharaon. (Parier contre des personnages douteux et rugueux a dû contribuer à la disparition du jeu.) De nombreuses expressions tirées du pharaon ont survécu au jeu durant au moins un siècle : playing both ends against the middle (litt. « jouer deux extrémités contre le milieu », soit « ménager la chèvre et le chou » ), breaking even (le seuil de rentabilité , « rentrer dans ses frais »), shoestring (litt. « le lacet », soit « un joueur ayant un petit budget »), in hock (avoir contracté des dettes), string along (« se bercer d'illusions »), case the joint (faire du repérage), take a tiger by the tail « prendre le taureau par les cornes », les pontes (les joueurs), keeping tabs (talonner), et stool pigeon (l'indicateur, le mouchard).

D'autres expressions qui ont traversé les époques proviennent de jeux que quelques joueurs de casino reconnaîtront : left in the lurch littéralement « laisser dans le lourche », ce qui signifie laisser en plan et vient du lourche, un jeu de tablier français ; rigmarole (qui se traduit en français par galimatias, le terme anglais faisant référence à un jeu de société médiéval, le Rigmarole) ; riffraff (traduit aujourd'hui par « racaille » en français, viendrait également du Rigmarole et autres jeux similaires) ; le terme anglais hazard (le danger, qui provient d'un jeu nommé Hazard).

Expressions de casino populaires à la roulette

Roulette : la roulette est un jeu qui s'est développé en France, et dont le nom signifie petite roue. Le célèbre scientifique et mathématicien Blaise Pascal a peut-être été impliqué dans le développement de la roulette. Sa quête d'une machine à mouvements perpétuels a conduit à l'élaboration d'une roue qui tourne presque sans frottement. Parmi d'anciens jeux d'origine anglaise constitués d'éléments similaires à la roulette, on trouve le Roly Poly, l'Ace of Hearts, et l'Even-Odd. Quant aux anciens jeux italiens dotés d'éléments similaires à la roulette, notamment le Biribi et le Hoca, on en trouve même quelques références dans les Mémoires de Casanova.

Roulette américaine vs roulette européenne : malgré l'obsession des Américains d'établir des normes dans toutes leurs entreprises, ils ont clairement échoué concernant la roulette. La version américaine, ajoutant le 00 à la configuration du tableau de mise de la roulette européenne composée des numéros 0-36, tout en offrant des gains identiques à la version européenne, donne au casino un avantage inéluctable connu de la plupart des clients. Le jeu européen a même développé des incitations supplémentaires pour les joueurs, comme les options en prison et le partage, qui protègent davantage certains paris sur les zéros. Dans les casinos américains il est de coutume de donner à chaque joueur des jetons d'une couleur différente ; un confort peu nécessaire pour un jeu si peu apprécié. Les Français ont même donné le nom de ficheur au dispositif mécanique utilisé pour trier les jetons de différentes couleurs.

La roulette russe : ce n'est ni un jeu, ni de la roulette, ni russe. L'expression désigne l'action de charger un revolver d'une cartouche, puis de tourner le barillet (telle une roue de roulette), puis d'appuyer sur la détente. Quelques romans russes du 19e siècle font le récit de cet acte hasardeux, et du mythe qui s'est développé après la Première Guerre mondiale au sujet d'officiers militaires russes téméraires (ou impitoyables) qui l'auraient prétendument exercé. Pour les quelques incidents enregistrés de source fiable concernant des personnes ayant joué à la roulette russe, ce jeu a énormément gagné en notoriété dans les romans, films, et autres représentations de la guerre. L'expression s'est principalement développée dans la culture populaire comme une métaphore de la cruauté du destin.

Expressions de casino populaires au blackjack

Ce jeu appelé de nos jours blackjack ou 21 s'est joué en suivant différentes règles et sous différents noms depuis plus de 600 ans. Il existe des références écrites sur un jeu espagnol, le trente-un (31) qui remontent à l'an 1440.

Miguel de Cervantes, auteur de Don Quichotte, en décrit les règles générales dans un roman datant de 1613. Parmi les variantes d'autres pays, on trouve le quinze en France, le ventiuna en Espagne, le sette e mezzo en Italie, et le bone ace en Angleterre. (Le bone ace peut avoir été le premier jeu à donner une valeur de un ou onze à l'as.)

Parmi ces variantes, c'est le vingt-et-un (21) qui s'est imposé, florissant en France au début du 19e siècle en partie grâce à l'intérêt que lui portait Napoléon Bonaparte. Au début du 20e siècle, quelques établissements américains ont essayé de stimuler la popularité du 21 en payant aux joueurs un bonus x 10 pour un 21 naturel formé avec le valet de pique. Cette pratique a été abandonnée, mais le nom est resté.

Expressions de casino populaires au craps

Craps : le jeu de dés des casinos modernes est appelé craps. C'est sous ce nom qu'il est connu dans la plupart des pays. Dans de nombreuses langues, le nom du jeu correspond à la traduction du mot dés ou de l'expression jeu de dés : dado (espagnol), Würfelspiel (allemand), kosci (polonais), zaruri (roumain). Comme c'est le cas pour beaucoup de jeux de casino, ses origines et son étymologie restent vagues et contestées. Un jeu originaire de la péninsule arabe, l'azzahr, était considéré comme un danger en Angleterre. Le plus faible résultat d'un lancer de dés était appelé un crabs. D'autres histoires suggèrent que le nom vient du mot français crapaud, car il était joué dans les rues et sur les trottoirs, rassemblant des joueurs accroupis pour attraper les dés.

Dés : pousser les osselets, c'est à dire jouer au craps, est un rite de passage dans un casino. Les pièces les plus anciennes de jeux trouvés par les archéologues sont des dés, fabriqués à partir de l'astragale du mouton (l'os au-dessus du tarse ou de l'os du talon, aussi appelé le talus). Les premiers dés à six faces découverts en Mésopotamie (nord de l'Irak) datent de 3000 av. J.-C. Ces dés sont marqués de points au lieu de chiffres parce que la normalisation des symboles sur les dés (1 300 av. J.-C) est antérieure au système des chiffres indo-arabes (qui a commencé en 700 av. J.-C).

Expressions de casino populaires aux machines à sous

Les machines à sous traditionnelles datent des années 1870 à 1890. Les machines à sous sont rapidement devenues connues sous le nom de slot machines dans les pays anglophones, en raison de la fente (slot) dont elles disposent pour l'introduction des pièces. En Angleterre, elles sont également appelées fruit machines (littéralement, machines à fruits) car des icônes représentant des fruits sont largement répandus sur les rouleaux de machines à sous. Les premières machines fonctionnaient avec des rouleaux mécaniques, mais nécessitaient que le propriétaire soit présent pour payer les joueurs. La première machine à sous « moderne » fut la très populaire Liberty Bell de Charles Fey lancée dans les années 1890. Les rouleaux de Liberty Bell s'arrêtaient en séquence, les pièces du joueur étaient recueillies dans une trémie, et les gains automatiquement versés dans un bac à pièces. Le cliquetis des pièces ou des jetons sur le métal, surtout quand un gain se déversait en cascade dans le bac à pièces, est devenu la signature sonore des casinos où les machines ont gagné en popularité. Bien sûr, l'action manuelle initiant la séquence de jeu a donné aux machines à sous le surnom universel de bandit manchot.

La popularité de la machine à sous a survécu aux modifications successives de presque tous les éléments d'origine. Des affichages numériques et des ordinateurs ont remplacé les rouleaux mécaniques. Les boutons ont complété voire remplacé les leviers. Même le bruit des pièces, que les joueurs insèrent paisiblement, a largement été réduit au silence. Leurs gains sont désormais réglés avec des billets échangeables auprès du caissier ou sur place par le biais de guichets automatiques. La présence si particulière des « jockeys des machines à sous », avec leurs gants spécial machines à sous et de gigantesques bacs à pièces en plastique a également presque disparu.

Expressions de casino populaires au baccarat

Baccarat : le nom est dérivé du jeu italien baccarà, et la plupart des versions du jeu sont restées fidèles au nom d'origine. Punto banco se réfère au joueur et au banquier, les deux éléments constituant le baccarat, même si le mot « banco » est également prononcé par un joueur qui parie l'intégralité de son argent. Il fait partie des quelques jeux de cartes et de casino dont le nom a survécu à des siècles de jeu.

Le mot baccarat fait référence à la pire main de ce jeu, qui totalise zéro. Des termes français font partie intégrante de ce jeu, tel La Grande pour un 9 naturel, c'est à dire distribué avec les deux premières cartes, et La Petite pour un 8 naturel. Le banquier joue le rôle du croupier lors d'une main et est donc celui qui contrôle le jeu et les cartes, et la banque (parfois appelée le tireur) reçoit des cartes et agit en dernier. Il y a parfois ce que l'on appelle un callman, c'est à dire un croupier qui dirige le jeu et le tirage des cartes. La palette est l'outil en bois utilisé pour déplacer les cartes, et le sabot celui où sont placées les cartes. Lorsque le joueur et le banquier sont à égalité, la main est parfois appelée une impasse.

Superstitions et habitudes au casino

Numéros porte-bonheur et malchanceux

Tout jeu de casino possède un lien avec les chiffres. Par conséquent, les joueurs de casino ont développé des superstitions touchant la plupart des numéros.

Le 6 : le chiffre 6 est considéré comme portant malheur à cause du « nombre de la Bête » (666) contenu dans l'Apocalypse de Jean, au chapitre 13, verset 18. Dans la culture asiatique, cependant, ce nombre se traduit également par « tout va bien ». Quiconque joue à la roulette bafoue régulièrement cette superstition, car la somme de tous les numéros du tableau de mise est 666.

Le 7 : la légende du « Lucky 7 », le 7 porte-bonheur trouve ses origines dans de nombreuses cultures. Les Grecs anciens croyaient que le 7 portait bonheur. Pythagore considérait le 7 comme le nombre parfait. Le 7 était également le nombre de dieux romains, de dieux égyptiens, de merveilles du monde antique, de bouddhas anciens, et de dieux japonais porteurs de chance. L'Ancien Testament proclame le 7e jour comme le jour de repos de Dieu. Les Israélites ont renversé les murailles de Jéricho en faisant 7 fois le tour de la ville. Le Nouveau Testament comprend 7 sceaux de l'Apocalypse, 7 anges, et 7 sacrements. Ces idées sont contraires à celles partagées par les traditions chinoises, vietnamiennes et thaïlandaises, dans lesquelles le 7 porte malheur.

Le 8 : le numéro qui porte le plus bonheur selon la tradition chinoise. Une série de 8, c'est encore mieux, en raison de la sonorité du mot chinois mandarin pour le pluriel du 8 qui sonne comme le mot signifiant la prospérité. En cantonnais, le mot « huit » sonne comme celui désignant la fortune. Huit porte malheur en Inde en raison de sa relation avec les mots utilisés pour exprimer la « destruction ».

Le 13 : la peur du nombre 13 s'est fait un nom : la triskaidekaphobie. Cette superstition s'est développée à partir du récit biblique selon lequel Judas était le 13e invité au dernier repas, le premier à en prendre congé, et s'est donné lui-même la mort.

En définitive, de nombreux autres chiffres sont porte-bonheur ou malchanceux en fonction des nationalités et des cultures. Le 3 est porte-bonheur en Suède et en Italie, mais malchanceux au Vietnam et au Japon. Le 4 porte chance en Allemagne, et malchance en Chine, à Taiwan, à Singapour, en Malaisie, au Japon, en Corée et au Vietnam. Le 9 est porte-bonheur en Norvège, mais porte-malheur au Japon. Le 1 porte chance en Italie.

Un fidèle de l'église située à proximité du casino de Monte-Carlo a quitté la messe du dimanche, puis, suivant une intuition, a parié à la roulette sur le numéro 36. Il venait de quitter la messe sur le chant de l'hymne 36. Il a gagné, puis l'a raconté à ses amis qui sont tous venus à l'église le dimanche suivant. L'office religieux se clôturant sur l'hymne 27, un nombre incroyable de fidèles convergea vers le casino pour miser sur le numéro 27. Quand bien même le numéro ne fut pas gagnant, l'espoir qui les animait a eu pour effet de remplir encore l'église la semaine suivante. Le pasteur qui suspectait être devenu une sorte d'émissaire de la roulette, s'est résolu à ne choisir que des hymnes dont le numéro était supérieur à 36, soit le plus grand numéro du tableau de mise de la roulette. L'église n'a plus tardé à retrouver son taux de fréquentation d'origine.

Porte-bonheur

L'ouvrage Monaco and Monte Carlo (1912) d'Adolphe Smith fait le récit de plusieurs superstitions dont il a été témoin au Casino de Monte-Carlo. Lors d'une cérémonie, une femme a tendu une pièce de cinq francs au Pape, laquelle a été bénite. Elle a pris sur elle la pièce bénite et s'est rendue au casino où elle a gagné à la roulette. Comme son compagnon qui perdait à la roulette n'avait de cesse de se plaindre amèrement auprès d'elle, elle lui a permis de porter sur lui la pièce porte-bonheur. Il entreprit immédiatement une mise et perdit la médaille. Smith fait également mention d'une femme d'un certain âge, qui lui a montré un cœur de chauve-souris qu'elle gardait dans son sac à main. Elle mettait en contact ses pièces de monnaie avec ce talisman avant de les jouer à la roulette.

Entrées du casino

Certains joueurs de casino considèrent que pénétrer dans le casino par l'entrée principale avant de jouer porte malheur. En 1993, lorsque le MGM Grand a ouvert ses portes à Las Vegas, Nevada, États-Unis, il a contribué à aggraver cette crainte de porter malheur en concevant une entrée principale ornée d'une tête de lion en or gigantesque (le logo de MGM était un lion rugissant). Que ce soit en raison de l'image globale de joueurs se jetant dans la gueule du lion ou d'une superstition asiatique considérant les chats comme des porte-malheur - ou toute autre raison -, le casino a fait modifier le design de cette entrée seulement cinq ans plus tard.

PokerStars Casino App

PokerStars Casino App

Jouez aux jeux de PokerStars Casino où que vous soyez grâce à l'appli, disponible au téléchargement sur iOS et Android.

Bonus Casino Instantané

FAQ des jeux de casino

Consultez la page Bonus Casino Instantané pour découvrir le fonctionnement de votre Bonus Instantané et comment il doit être utilisé.

Jouer en argent réel

Chip Stack

Faites votre premier dépôt en argent réel et commencez à jouer sur PokerStars. Les dépôts sont rapides et sécurisés.